Invasion de l’Ukraine: «Les hôpitaux et les médecins belges doivent se préparer»

April 14, 2022
ukranian flag and refugees

Devant la situation en Ukraine, certains médecins et hôpitaux tenaient à venir en aide à des collègues et à la population ukrainienne. Pour que toutes les actions soient coordonnées au mieux, la Direction générale Soins de Santé Service «Aide Urgente» a adressé un courrier signé par Marcel Van der Auwera, Chef du service Aide Urgente, aux directeurs d’hôpitaux et aux médecins-chefs.

«Parmi toutes les dimensions de la gestion et de la réponse à cette crise, une nous concerne: l’intervention médicale. Cet aspect est coordonné par les instances européennes. Nous souhaitons nous préparer à d’éventuelles évacuations sanitaires et médicales vers notre pays. Elles pourraient concerner des publics divers: Ukrainiens, Russes, autres nationalités, militaires et/ou civils. Si notre éthique ne fait pas de différence entre un patient et un autre, nous ne pouvons ignorer les éventuelles conséquences des types de patients, notamment en termes d’ordre public et de sécurité (manifestations, agressions,…).»

Se préparer

L’objectif de ces préparatifs est double: «Pouvoir faire face et ne pas être surpris par une annonce subite d’une évacuation de blessés vers notre pays, ainsi qu’anticiper et organiser notre système de santé de manière à pouvoir offrir une prise en charge de qualité à tous nos patients (activité de routine, Covid, Ukraine,…)

La suite du Covid

Si, à ce jour, aucune demande formelle n’a été adressée, les autorités belges s’organisent dans un contexte de pandémie, comme le rappelle le courrier: «Nous savons que vous et vos personnels avez déjà fourni des efforts incroyables tout au long de la crise du Covid. Afin de garantir un résultat coordonné, nous demandons aux hôpitaux de faire preuve de compliance et de ne prendre aucune initiative. En cas de contacts ou de sollicitations hors procédure, nous vous demandons de remonter ceux-ci à titre d’information vers vos Inspecteurs d’Hygiène fédéraux territorialement compétents. Discipline et solidarité seront une fois de plus les maîtres mots.»

La coordination (avec le niveau européen) sera une priorité de l’action belge, et tous les hôpitaux et le personnel doivent donc se tenir prêts à aider au mieux de leurs capacités.

150 lits réservés

La Belgique mettra 150 lits d’hôpitaux à la disposition de patients – victimes de guerre ou autres – en provenance d’Ukraine.

Il s’agit de 120 lits d’hospitalisation, de 15 lits réservés à des patients souffrant de brûlures graves et de 15 lits de soins intensifs.

M. Van der Auwera n’a pas précisé quels établissements étaient concernés, mais le gouvernement a déjà décidé de mobiliser le cas échéant le Centre des grands brûlés de l’Hôpital militaire Reine Astrid de Neder-over-Heembeek, au nord de Bruxelles.

En cas de notification d’une évacuation, les hôpitaux sont prêts à accueillir des patients dans un délai de 3 heures, a assuré M. Van der Auwera.

Ce numéro a été réalisé grâce au support de MSD.
Son contenu reflète l’opinion des auteurs mais pas nécessairement celle de MSD.